Vendredi, 22 Février, 2024
Travaux

DPE : Bruno Le Maire annonce un vent de changement pour 2025 !

Par Julien

Lundi, 2 Février 2024

Lecture ~1 minutes

Depuis le 23 janvier, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a annoncé envisager des ajustements au Diagnostic de Performance Énergétique (DPE), avec une attention toute particulière portée aux petites surfaces. Cette initiative trouve sa genèse dans la nécessité de répondre à l'urgence de la crise du logement, tout en tenant compte de l'inflation et des spécificités du marché immobilier, notamment dans les zones à forte densité comme les villes et leurs périphéries.


Simplification des Procédures et Soutien au Secteur du Bâtiment

Bruno Le Maire, qui cumule également les responsabilités liées à l'Énergie depuis la disparition du ministère de la Transition Energétique, vise à simplifier les procédures de location et les demandes de dérogations pour soutenir le secteur du bâtiment et accélérer la construction de logements.

Cette démarche s'inscrit dans un contexte où, dès janvier 2025, il ne sera plus possible de louer des logements classés G, c'est-à-dire les plus énergivores, en France Métropolitaine.

Cela représente un défi considérable pour les propriétaires de ces biens, qui sont confrontés à des coûts élevés pour les rénovations nécessaires à l'amélioration de leur classement énergétique.

Révision Potentielle du Calendrier et des Critères du DPE

Les changements envisagés par Bruno Le Maire pourraient donc inclure une révision du calendrier d'interdiction prévu pour 2025 et un assouplissement des critères de classification énergétique.

L'objectif étant de mieux adapter le DPE à la réalité des biens immobiliers, notamment en ce qui concerne les petites surfaces et les logements étudiants.

Conséquences pour les Locataires et les Propriétaires

Pour les locataires, ces ajustements pourraient signifier la possibilité de rester dans leur logement actuel, même si celui-ci est classé G.

Cependant, sans exigences claires imposées aux propriétaires pour améliorer la performance énergétique de ces logements, les occupants pourraient se retrouver face à des coûts énergétiques élevés, sans bénéficier d'une amélioration significative du confort ou de la qualité de leur habitat.

Du côté des propriétaires, l'absence d'obligation de rénovation pourrait représenter un soulagement à court terme, en termes de coûts immédiats.

Néanmoins, cela pourrait également signifier une dévalorisation à long terme de leur patrimoine immobilier, ainsi qu'une contribution continue à l'inefficacité énergétique et aux problèmes environnementaux associés.

Impact sur le Marché Immobilier et Appel au Débat Public

Cette révision du DPE et son impact potentiel sur le marché immobilier soulèvent des questions importantes sur l'équilibre entre les besoins en logement, les impératifs environnementaux et les considérations économiques.

Elle invite à un débat public sur la meilleure manière d'aborder ces défis complexes, tout en soutenant les propriétaires et en protégeant les droits des locataires.