Samedi 13 Avril 2024
Environnement

Les Trois Piliers de la Lutte Climatique : Quotas, Crédits et Taxes Carbone Démystifiés

Taxe, crédits et taxe carbone quelles différence et pour quoi faire ?

Lecture ~2 minutes


Ces 3 notions peuvent prêter à confusion. Si elles ont par le passé suscité de grandes escroqueries et notamment de la fraude à la TVA sur les quotas de carbone, elles restent aujourd'hui des armes de notre société pour mettre en marche le changement climatique.


Rappel sur le fonctionnement des quotas de carbone et la taxe carbone

Les quotas de carbone sont obtenus par des entreprises très polluantes. Ces droits à polluer correspondent à une limite d'émissions de CO2 que les compagnies ne peuvent dépasser sans acheter des quotas supplémentaires. Ce système couvre près de 40% des émissions de l'Union Européenne, dont celles issues de plus de 10 000 installations du secteur de l'énergie, de l'industrie et des compagnies aériennes.

En parallèle, la taxe carbone est un autre mécanisme qui consiste à imposer aux pollueurs une taxe basée sur leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le marché volontaire des crédits carbone en plein essor

Contrairement aux quotas de carbone, les crédits carbone n'entrent pas dans un cadre obligatoire et sont achetés librement par des entreprises souhaitant afficher leur neutralité carbone. Ils servent généralement à financer des projets visant à protéger les forêts contre la déforestation ou à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce marché, non régulé par une autorité, a explosé ces dernières années, atteignant deux milliards de dollars en 2022.

Malgré certaines critiques et enquêtes sur les bénéfices réels de ces crédits carbone, le marché volontaire est soutenu par des entreprises et des pays désireux de compenser leurs émissions ailleurs. Les crédits carbone issus de projets de protection de la nature valent actuellement moins d'un dollar par tonne.

La naissance des quotas de carbone et l'établissement d'un marché

Les quotas de carbone sont nés dans les années 1990 avec le Protocole de Kyoto. Face au problème que certains pays étaient loin au-dessus de leurs quotas tandis que d'autres étaient nettement en dessous, les marchés du carbone, également appelés systèmes de permis négociables, ont été créés.

Comme tout marché, le prix varie en fonction de l'offre et de la demande. En 2005, l'Union Européenne a instauré un marché du carbone, pierre angulaire de la politique énergétique et climatique européenne selon le Ministère français de la Transition écologique.

Des crédits carbone pour quantifier et réduire les émissions

Les crédits carbone permettent de mesurer précisément les émissions de CO2 dans le but de les réduire. Suite aux principes du marché, ces crédits peuvent être achetés, vendus ou échangés. Si une entreprise parvient à réduire ses émissions en deçà de son allocation, elle peut vendre ses crédits excédentaires à d'autres entreprises en difficulté pour respecter leurs limites.

Néanmoins, certains critiquent ce système pour encourager la spéculation et permettre à certaines entreprises de continuer à polluer en achetant simplement des crédits carbone. Une taxe environnementale plus punitive a été introduite lors de la COP21 à Paris en 2015.

Le débat autour d'une taxe carbone unique pour tous les émetteurs

L'économiste Thomas Piketty estime qu'une taxe carbone imposant toutes les émissions au même taux pourrait ne pas être efficace pour inciter les grands émetteurs à changer leur mode de vie fortement carboné. Cela n'est peut-être pas le meilleur moyen d'instaurer une norme de justice acceptée par la majorité des populations.

Dans "Laudato si'" de 2015, il souligne que les crédits carbone apparaissent comme une solution rapide et facile sous couvert d'un engagement écologique, mais n'impliquent pas de changements radicaux à la mesure des circonstances.

Il est donc essentiel d'étudier les mécanismes en place pour lutter contre le changement climatique, ainsi que leur impact réel sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le débat entre quotas de carbone, crédits carbone et taxes carbone reste nécessaire afin d'analyser la meilleure stratégie pour freiner ces émissions et protéger notre planète.