Vendredi, 22 Février, 2024
Environnement

Un arbre toutes les deux secondes : le prix caché des meubles Ikea

Par Julien

Lundi, 30 Janvier 2024

Lecture ~2 minutes


Alors que qu'Ikea s'attire les faveurs populaires en début d'année 2024 suite à une annonce de baisse de ses prix dans un contexte inflationniste, un nouveau documentaire intitulé "Ikea : Lord of Forests" met en lumière les controverses entourant le géant de l'ameublement suédois, qui fait face à des allégations de déforestation et de violations des droits de l'homme dans plusieurs pays. Le film, réalisé par Marianne Kerfriden et Xavier Deleu, sera diffusé le 28 février sur la chaîne Arte.

Seigneur des forêts : L'appétit d'IKEA pour le bois sous questionnement

Ce documentaire révèle que près d'un arbre est abattu toutes les deux secondes pour répondre aux besoins d'Ikea en matière de fabrication de meubles.

Les auteurs ont visité divers pays où l'entreprise s'approvisionne en bois, notamment la Roumanie, la Pologne, la Suède, le Brésil et la Nouvelle-Zélande. Ils ont rencontré des activistes préoccupés par l'exploitation forestière ainsi que des représentants du secteur, indispensable à l'industrie mondiale du meuble.

Un impact environnemental alarmant

Les réalisateurs examinent également le point de vue environnemental et soulignent l'importance de considérer notre empreinte écologique lors de nos achats. Xavier Deleu, journaliste d'investigation et réalisateur, explique que nous avons tous oublié ce qu'est une véritable forêt. "Quand on voit des arbres partout le long d'une route, on est rassuré, mais en réalité, on ne va pas assez loin pour voir la coupe à blanc", déclare-t-il.

Selon Marianne Kerfriden, les forêts sont souvent remplacées par des plantations d'arbres qui ne peuvent être considérées comme de véritables écosystèmes forestiers. De plus, l'Europe a presque perdu la totalité de ses forêts primaires - seule subsiste la forêt de Bialowieza en Pologne.

La responsabilité sociale et environnementale d'Ikea mise en cause

Ce documentaire soulève également des questions concernant les droits de l'homme et les populations autochtones touchés par les activités d'exploitation forestière d'Ikea. Les réalisateurs évoquent les Samis, des éleveurs de rennes en Laponie, dont les animaux souffrent de la disparition de leur nourriture.

Au Brésil, les ramifications pour les peuples autochtones ne sont pas meilleures : ils subissent également les effets de la déforestation et se retrouvent privés de leurs terres, accablés par la plantation d'arbres destinée à assurer la neutralité carbone du géant suédois.

Ikea a répondu aux allégations en affirmant consommer environ 0,5 % du bois abattu chaque année à des fins industrielles et s'approvisionner exclusivement auprès de forêts gérées de manière responsable.

Le groupe ajoute coopérer avec les communautés locales et veiller au respect des traditions, tout en replantant plus d'arbres qu'il n'en coupe chaque année.

La nécessité de repenser notre manière de consommer

Au-delà des controverses concernant Ikea, ce documentaire incite à réfléchir sur nos choix de consommation et la manière dont nous choisissons les produits que nous achetons. Il est essentiel d'encourager et de promouvoir les technologies de fabrication respectueuses de l'environnement et de la biodiversité terrestre.

L'appropriation responsable des ressources, notamment en matière d'énergie, et la création d'un modèle de production éthique devraient être des priorités majeures pour toutes les entreprises. Les leçons tirées des affaires précédentes mettent en lumière les risques encourus lorsqu'on privilégie la rentabilité à court terme aux dépens de la durabilité environnementale et sociale à long terme.

En fin de compte, il appartient aux consommateurs de repenser leurs habitudes et de soutenir les pratiques responsables afin de protéger notre planète pour les générations futures.